Un texte qui définit mon travail

Voici un texte qui définit mon travail :

Aujourd’hui, je privilégie l’abstraction, source de liberté gestuelle et plus sujette aux symboles, et les techniques comme le collage, la gravure expérimentale, les encres sur papier…

Petits formats, préciosité proche de l’enluminure. Je fabrique aussi des livres uniques, livres d’artistes (tableau sous une autre forme), dans le registre de l’intime.

J’ai travaillé avec les Haïku de Pascal Ciret, les poèmes de Bruno Mabille et de Maryline Bertonccini. La poésie et la peinture se marient et se mettent en valeur l’une l’autre dans mes livrets, leporellos et carnets à la japonaise.

ma démarche embrasse le monde initiatique du rêve, de l’âme, et de la sensibilité à travers ma nature profondément féminine, curieuse et mystérieuse.

Depuis le début de l’année 2015, je travaille particulièrement la calligraphie, ayant suivi avec ferveur depuis plusieurs années l’enseignement de Kity Sabatier et de Christel LLop à «Terre d’écriture» à Grignan, puis de Birgit Nass, Massimo Polello et Marí Bohley à Barjac. Le livre d’artiste est un lieu privilégié pour jouer avec l’écriture, mais aussi les grandes surfaces comme le tableau (papier marouflé sur bois). Les écritures primitives sont pour moi une source intarissable d’inspiration en mêlant encres et signes primitifs.

J’utilise le rouge et le noir depuis longtemps, couleurs puissantes parfois violentes, l’encre posée en larges surfaces se mêle à l’eau en fusant, et révèle des horizons chargés, lourds, terribles, comme parfois le ciel nous en offre.

Voici un de mes textes au sujet de l’artiste

«  L’œuvre parle de ce qui relie. Ce qui relie les autres aux artistes, qui relie aussi tous les autres ensemble, comme une connivence. Une communication hors parole, seulement celle du cœur, qui relie aussi à tout ce qui est de l’ordre du sacré, des archétypes, et du Divin qui est en nous, même si nous ne le savons pas. Mon devoir de peintre-artisan est d’être à l’écoute de cet infini et de le transmettre. À l’écoute de moi que je dois découvrir chaque jour avec peine. L’artiste cherche souvent l’absolu, l’infinie plénitude, la fusion dans la matière et la lumière. Il cherche la Voie, il trouve dans le travail, l’échelle pour monter vers la Perfection. Il traverse tous les états de la chair, sans fuir la vie avec son mariage de douleur et de plaisir. Il cherche seulement à s’élever, s’améliorer à chaque fois qu’il descend et qu’il remonte l’échelle. L’artiste se résume à chercher la lumière avec ses mains, son esprit, son cœur, son âme, à trouver le chemin de sa vérité. »